Chez Nous

Tu entres, ici dans un havre de paix ...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Machines communicantes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joa
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 13100
Age : 70
Localisation : Martigues
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Machines communicantes   Mer 9 Sep - 9:23

A l'heure où les employés de bureau préfèrent s'inonder de courriels plutôt que de pousser une porte pour se parler de vive voix, il peut être opportun de se remémorer les prémices des transmissions modernes. Alphonse Allais, l'homme qui a inventé le coton noir pour les oreilles des personnes en deuil et l'aquarium en verre dépoli pour poisson timide, relate à ce propos une anecdote prémonitoire.
Vers la fin du XIXe siècle, à Londres, deux bureaux télégraphiques se font face dans la même rue. Le premier dessert le câble Londres-Paris, via Douvres et Calais ; le second assure la liaison Londres-Bruxelles, via Ostende. Un jour, constatant qu'il a oublié sa pipe en face, Alfred Stewart adresse un message à son collègue de Douvres, le priant de le faire suivre à Paris, puis à Londres, via Bruxelles. Après avoir parcouru plus de mille kilomètres, le câble parvient finalement de l'autre côté de la rue . Dis-moi, Fred, j'ai oublié ma pipe chez toi. peux-tu demander à ton assistant de me la rapporter ? Quelques minutes plus tard, Alfred Stewart tire avec délectation sur sa précieuce bouffarde.
Autre histoire édifiante à méditer par les intoxiqués du téléphone portable. Dans les années 1845, le philosophe Henry David Thoreau s'étonne de voir des ouvriers planter des poteaux télégraphiques à proximité de la cabane qu'il occupe près de l'étang de Walden, dans le Massachusetts : "Nous relions par câble Boston à la Nouvelle-Orléans pour que les gens puissent se parler", lui explique un ouvrier. Thoreau réfléchit longuement puis demande : "Êtes-vous sûrs au moins que les gens de Boston ont quelque chose à dire à ceux de la Nouvelle-Orléans ?"

_________________

La seule chose nécessaire au développement des forces du mal est l'inaction des gens de bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/chezjoa
 
Machines communicantes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Connaissez-vous les machines virtuelles ?
» Vieilles machines
» Quel est le navire qui vous a le plus impressionné ?
» Recettes pour votre machine à pain
» [résolu] Des bruits de vieille machine à écrire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chez Nous :: Les pipelettes :: Histoires insolites :: Les drôles d'histoires-
Sauter vers: