Chez Nous

Tu entres, ici dans un havre de paix ...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MARTINIQUE - Carte d'identité de Micheline

Aller en bas 
AuteurMessage
Joa
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 13100
Age : 70
Localisation : Martigues
Réputation : 0
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: MARTINIQUE - Carte d'identité de Micheline   Dim 11 Juin - 16:19

Histoire
Christophe Colomb
http://www.americas-fr.com/histoire/colomb3.html

Découverte le 15 juin 1502 par Christophe Colomb, la Martinique était peuplée par les indiens Caraïbes qui avaient supplanté localement les indiens Arawaks. Les Caraïbes appelaient l'île Madinina, l'île aux fleurs.

Une première colonie française s'établit à l'emplacement de l'actuelle ville de Saint-Pierre privilégiant la culture du tabac et du coton. Ce n'est qu'avec l'arrivée de colons hollandais et leurs esclaves que la culture de la canne à sucre prend son essor.

En 1858, les Français répriment violemment la résistance des indiens Caraïbes, spoliés de leur terres.

La culture de la canne à sucre nécessitant beaucoup de main d'oeuvre, les colons auront recours aux esclaves : c'est l'époque de la Traite des Noirs et du Commerce triangulaire : capturés sur les côtes d'Afrique, les Noirs sont acheminés vers les ports négriers de France. Commence alors la longue traversée de l'Atlantique vers les Antilles où les esclaves sont échangés contre des denrées agricoles locales (rhum, sucre, coton).

La période de l'esclavage imprime une trace indélébile dans l'histoire antillaise.

La révolution française de 1789 va faire souffler un vent de liberté sur les colonies. La Convention proclame l'abolition de l'esclavage le 4 février 1794. Aux Antilles, les propriétaires des plantations se placent sous la protection de la couronne d'Angleterre. Plusieurs affrontements s'ensuivent entre français et anglais. Ces derniers sont repoussés de Guadeloupe et de Haïti. La Martinique reste quant à elle sous protection britannique jusqu'en 1804.

Entre temps, influencé par son épouse Joséphine de Beauharnais, originaire de Martinique, Napoléon Bonaparte devenu empereur a rétabli l'esclavage en Guadeloupe.
Sous la IIème République, Victor Schoelcher, Ministre des Colonies fait promulguer le décret d'abolition de l'esclavage le 27 avril 1848. Le 22 mai 1848, le gouverneur de Martinique proclame officiellement l'abolition de l'esclavage dans l'île.

Privée d'esclaves, la Martinique a recours à la main d'oeuvre bon marché venue d'Inde et de Chine, pour travailler dans les plantations.
Les changements apportés par la IIIème République se répercutent sur l'île : suffrage universel pour les hommes, scolarisation des enfants. Ce qui ne suffit pas à aplanir les inégalités entre les anciens esclaves, demeurés très pauvres et les propriétaires terriens.

Dans la première moitié du XXème siècle, l'histoire de la Martinique est marquée par 3 évènements :
- l'éruption de la Montagne Pelée qui réduit en cendres la ville de Saint-Pierre, coeur économique de l'île.
- la Première Guerre Mondiale où de nombreux Martiniquais iront combattre sur les divers fronts
- la Deuxième Guerre Mondiale où grâce à la proximité des Américains, l'île rejoint la France libre en 1943.

La Martinique devient un Département Français d'Outre-Mer avec la loi du 19 mars 1946. La situation sociale s'améliore, les infrastructures se développent. Mais la Martinique voit son économie bouleversée par l'effondrement du cours du sucre de canne et le chômage qui en résulte.
Dans les années 60, les antillais partent alors massivement en métropole, où ils occuperont des emplois dans la fonction publique.

La loi de décentralisation de 1982 confère à l'île une certaine autonomie.

Les problèmes de fond demeurent : un chômage important et une économie subventionnée par les aides de l'état.

http://ameliefr.club.fr/Josephine2.html

Marie-Josèphe Tascher de la Pagerie,
dite Joséphine de Beauharnais

(1763-1814)

"l'incomparable Joséphine"
"Rose de Beauharnais

Née aux Trois-Ilets (Martinique), le 23 juin 1763, famille créole de planteurs français, fille d'un lieutenant d'infanterie de marine.
- Arrive en France en 1779.
- Mariée à 16 ans au vicomte Alexandre de Beauharnais en 1799.
- Deux enfants, Eugène (futur Prince et Vice-roi d'Italie)) et Hortense (future Reine de Hollande)
- Son mari est guillotiné en 1794. Elle est emprisonnée
- Elle est libérée par le 9 Thermidor, elle est liée aux Tallien et à Barras
- Maîtresse de Barras
- Elle devient l'une des femmes les plus connue à Paris .Une des "merveilleuses" de l'époque.
- Rencontre avec Bonaparte en septembre 1795, chez Thérésia Tallien
- Signature du contrat de mariage, le 8 mars, chez maître Raguideau, notaire.
- Épouse civilement Bonaparte le 9 mars 1796 au soir, à la mairie, ancien hôtel de de Mondragon. Les témoins sont Lemarois, Barras, Tallien, Calmelet et le commissaire Collin-Lacombe qui remplace le maire parti se coucher.
- Le 24 juin 1796, les 5 Directeurs mettent de force Joséphine dans sa voiture pour l'Italie, afin qu'elle parte rejoindre Bonaparte. Bonaparte l'aime avec passion. Elle est infidèle.
- Grande influence politique et mondaine sous le Consulat.
- Impératrice en 1804. Ils se sont mariés religieusement rapidement avant.
- Divorce le 16 décembre 1809, faute d'héritier, elle conserve son titre et obtient une très grosse dote.
- Elle vit soit au château de Navarre (Eure), soit à la Malmaison. Elle ne cessa de correspondre avec Napoléon (Lettres authentiques, 1895).
- Meurt le 29 mai 1814 à la Malmaison.
- "Ce fut la femme que j'ai la plus aimée" nous dit Napoléon.

_________________

La seule chose nécessaire au développement des forces du mal est l'inaction des gens de bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://site.voila.fr/chezjoa
 
MARTINIQUE - Carte d'identité de Micheline
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chez Nous :: Balades :: Divers...-
Sauter vers: